La C.C.V.S. et le pôle de compétitivité

 

Le pôle de compétitivité : un atout pour le territoire de la C.C.V.S.

La genèse

Berceau du mouvement coopératif agricole, le canton de Bourgogne  (24 communes dont les 7 de la Communauté de Communes de la Vallée de la Suippe) a connu un grand événement en 1999 «Terre Attitude» qui a permis de montrer au grand public les savoirs faire locaux en matière d'agriculture plus respectueuse de l'environnement et de transformation alimentaire des productions agricoles.

Des avancées substantielles y ont été obtenues en matière de valorisation non alimentaire grâce à une collaboration étroite entre la recherche et l'industrie avec la production d'amidon de l'usine Chamtor sur le site de Bazancourt (situé dans le territoire de la Communauté de Communes de la Vallée de la Suippe) et de cosmétique et détergent à Pomacle (jouxtant la C.C.V.S.) via ARD-SOLIANCE.

Fortes de leurs atouts, et de leurs productions agricoles, la Champagne Ardenne et la Picardie ont souhaité de manière à la fois symbolique, cohérente et opérationnelle se réunir pour prendre place dans la nouvelle cartographie des pôles de compétitivité.

Cette initiative a été  saluée par le Président de la République Monsieur Jacques CHIRAC qui  sest déplacé le mardi 30 Août 2005, pour visiter et donner un élan au site de Bazancourt-Pomacle à l'avenir prometteur. Cette visite faisait suite à l'annonce gouvernementale du 12 Juillet 2005 de la labellisation «mondiale»  du pôle de compétitivité «Industrie et Agro-Ressources »  visant à la valorisation des plantes agricoles proposée par les Régions Picardie et Champagne Ardenne.

Comme l'a évoqué le Président, «Nous sommes engagés dans une compétition mondiale pour la suprématie technologique. Depuis quinze  ans, la mondialisation connaît une accélération sans précédent. Elle suscite des inquiétudes. Mais elle offre aussi des possibilités nouvelles. Nous sommes aujourdhui à un moment décisif. Toutes les conditions sont réunies pour que la France passe résolument à l'offensive au travers des pôles de compétitivité» .

Le pôle présenté par la Champagne-Ardenne et Picardie se situe à la 2éme place des pôles à vocation mondiale parmi les 67 pôles retenus par le gouvernement.  Ces pôles se définissent comme la combinaison, sur un espace géographique donné, d'entreprises, de centres de formation et d'unités de recherche publiques ou privées, engagées dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projet partagé au caractère innovant.

Pour marquer sa volonté, l'Etat consacre pour l'ensemble des pôles des moyens non négligeables dont  des aides fiscales et sociales pour le secteur de la recherche en lien avec le  thème du pôle. A ces aides  peuvent être associés des financements des collectivités et des fonds Européens.

Gouvernance et objectifs du pôle de compétitivité.

Les porteurs du projet ont pris l'initiative de la création d'une association regroupant l'ensemble des acteurs concernés: entreprises, centres de recherche, universités, écoles et chambres consulaires.

Ce pôle est animé par 'lassociation et un comité institutionnel composé des deux présidents de Région et des représentants de l'Etat. Ils animent le partenariat des différents acteurs, définissent les orientations de la recherche et capitalisent sur la connaissance dans la valorisation des agro-ressources.

Sa mission 
Dans un contexte d'augmentation continue de la hausse des carburants, il investit dans la valorisation des plantes pour de nouvelles sources d'énergie et de matières premières  renouvelables plus respectueuse de l'environnement.

D'importants marchés industriels se sont ouverts pour les produits issus de la transformation des végétaux déjà utilisés dans les carburants (éthanol et diester). Des potentialités réelles de marchés  existent dans les domaines de l'industrie (pâte à papier, plasturgie,) de la chimie (détergents)  de la cosmétiqueÂÂÂÂ et d'autres pour lesquelles le pôle doit poursuivre et amplifier les recherches pour assurer son rang dans le concert mondial.

Autres défis, les recherches doivent intégrer la maîtrise des coûts des procédés  pour quils soient compétitifs et éviter la production de déchets ou de résidus qui seraient préjudiciables à notre environnement.

Son impact
Le pôle de compétitivité  est source de retombées, il participe au niveau global à la satisfaction  des objectifs de la conférence de  Kyoto visant à limiter la réduction de gaz à effet de serre,
- à être moins dépendante des ressources du pétrole,
- à la promotion de nouveaux débouchés répondant aux principes du développement durable dans les applications industrielles, chimiques et de la pharmacie,
- aux attentes du secteur industriel  maintenant demandeur  et des consommateurs  qui se montrent préoccupés par les questions de l'environnement et de la qualité de la vie.

Ses objectifs

Le pôle s'est fixé plusieurs objectifs dans la durée: 
- devenir le leader mondial européen de l'innovation dans ce domaine en 2015,
- créer un espace de connaissance et d'initiatives internationales et structurer l'innovation dans ce domaine à l'échelle nationale et internationale,
- permettre à la France de peser dans la transition d'une industrie basée sur les ressources fossiles à une industrie basée sur les agro-ressources,
- capter les emplois et attirer les entreprises attendues sur de nouveaux marchés,
- s'assurer que l'émergence de cette nouvelle industrie s'appuie sur une réelle évaluation des risques et s'inscrire dans une perspective de développement durable,
- offrir à la production agricole de nouvelles missions afin de valoriser les territoires ruraux.

 

 Filières

Débouchés alimentaires

 Valorisations non alimentaire

 Blé

Farine, pain, biscuits, pâtisserie. Alimentation animale 

Energie, pâte à papier, bioéthanol, Détergents, résines, amidon et dérivés 

 Orge

             Malt et bière              Alimentation animale 

Comme ci-dessus 

 Luzerne

    Alimentation animale        Nutrition, diététique (homme)

Produits cosmétiques, biomatériaux, Enzymes, médicaments 

 Colza

                 Huile                    Alimentation animale 

Biodiesel, produits cosmétiques 

 Féveroles

Alimentation animale 

 Pois protéagineux

Alimentation animale 

 -

 Betteraves industrielles

        Sucres et dérivés          Alimentation animale 

Alcool industriel, bioéthanol, Cosmétiques, amidon et dérivés 

 Pommes de terre

    Alimentation humaine      Alimentation animale 

Amidon et dérivés, bioéthanol 

 Champagne

     Vin de Champagne        Spiritueux et vinaigre 

Biogaz, amendements organiques 

 Oeillette de pavot

 -

 Morphine, codéïne et dérivés

 

 Les  premiers projets
 La démarche partenariale allant de la recherche  à l'industrie en place  depuis de longue date et  surtout le rapprochement des cultures initié par le pôle de compétitivité permettent de faire émerger des projets  dont la réalisation interviendra à moyen et long terme.

Trois projets importants se concrétisent concernant les biocarburants dont l'un concerne le canton, avec la réalisation par le groupe coopératif Cristanol Union et les coopératives céréalières d'une unité d'Ethanol sur le site de Bazancourt (dans le territoire de la Communauté de Communes de la Vallée de la Suippe). Elle a été porté dans le cadre de l'appel d'offre lancé par le Gouvernement français en 2005 se mettant en conformité avec les  règles  de l'Union Européenne  qui veut faire passer la part de biocarburant  au sein des carburants utilisés de 2% en 2005 à 5,75% en 2010, voire à 20% en 2020.

Dans les  projets à moyen terme il y a la valorisation de la paille avec deux perspectives; la première  vise à exploiter la paille des céréales des céréales et des oléagineux comme source de biomasse susceptible de produire de l'électricité, par combustion et cogénération. La seconde vise la production de pâte à papier, l'unité pilote est construite chez ARD.

Autre projet il concerne le développement de molécules d'origine végétale permettant de stimuler les défenses naturelles des plantes. Il s'inscrit dans des stratégies de développement durable en substitution de produits phytosanitaires dorigine chimique.

Le projet «Eco compatibilité» vise la valorisation de coproduits agricoles permettant par exemple ainsi la production de nouveaux solvants  chlorés.

Le projet «fibres diététiques»  a pour objectif de valoriser deux produits de type fibres extrait  du blé.

Définitions
Le diester, estérification de lhuile brute de colza pouvant remplacer le fuel et le gaz oil.
Léthanol, alcool obtenu par la transformation du blé et de la betterave qui remplace le plomb utilisé dans lessence
.


Les apports du pôle de  compétitivité au niveau local

Ainsi la présence d'une agriculture forte  et le pôle de compétitivité sont un énorme atout pour le territoire  qui peut s'en trouver valorisé.

Pour l'économie locale
Dans un contexte de régression de la population agricole au niveau national et local, le pôle  peut enrayer son déclin et créer sur la zone des Sohettes (dans le territoire de la Communauté de Communes de la Vallée de la Suippe) et dans son environnement proche, la zone de Caurel-Lavannes axée sur l'agro-industrie, plusieurs centaines d'emplois de haute qualification. Ces retombées peuvent essaimer  sur l'ensemble du territoire du Canton de Bourgogne.

Pour la profession agricole
Par ailleurs il procure pour la profession agricole meurtrie par la politique agricole commune des revenus supplémentaires. Il préserve l'outil de travail des agriculteurs qui pourront continuer à moderniser leurs exploitations et à entretenir les vastes espaces agricoles qui ne seront pas affectés par des friches déparant nos paysages.

La profession agricole se voit valorisée, elle continuera à cultiver nos plantes traditionnelles pour l'alimentation que sont le blé, le colza, la betterave et la luzerne couvrant une superficie représentant 70% du territoire du canton mais elles pourront aussi servir avec l'évolution de la recherche à des fins non alimentaires ; amidon, éthanol, produits cosmétiques et détergents et énergie à partir de la paille et d'autres applications.

En revanche ces nouveaux débouchés exigeront de leur part une plus grande attention dans les modes de culture afin que la plante  réponde aux caractéristiques de ceux-ci et que les cultures respectent l'environnement et préservent nos ressources en eau.

Le pôle de compétitivité ouvre la profession agricole à d'autres acteurs qu'elle ne connaît peu ou pas : le monde de l'industrie et de la recherche. Cette synergie recherchée sera profitable pour la réussite du pôle sur notre territoire.

La collectivité accompagne ce projet

Partant d'une initiative des acteurs agricoles, économiques et de la banque, le pôle de compétitivité nécessite l'appui des collectivités territoriales pour accompagner ce projet majeur par  l'adaptation  des documents d'urbanisme, la réalisation de zones d'activités, d'équipements routiers , de zones d'habitat et de centre de formation indispensables pour le succès de l'opération.

Le syndicat en l'occurrence le SIEPRUR (Syndicat Intercommunal d'Etudes et de Programmation de la Région Urbaine de Reims) en concertation avec les élus a anticipé en  révisant le Schéma de Cohérence Territorial (ScoT). Il devra concilier développement économique et cohabitation harmonieuse de l'activité avec le souci légitime de qualité de vie des habitants.

Les élus et l'ensemble des acteurs réfléchissent et élaborent un schéma de secteur de développement sur la vallée moyenne de la Suippe d'Auménancourt à Heutrégiville (les 7 communes de la C.C.V.S.) et sur la Plaine de Bourgogne qui servira de référentiel pour l'élaboration, la révision et la modification des Plans d'Urbanisme.

Les retombées sur les autres secteurs amèneront les collectivités à reconsidérer leur plan d'urbanisme et en cas de besoin à définir leur outil d'aménagement pour mieux maîtriser leur développement.